En-têtes épuisées

À première vue, la ligne d’échappement d’une Harley Davidson se distingue de toutes les autres lignes complètes. Cependant, cette ligne complète contient plusieurs éléments pour évacuer les gaz du moteur jusqu’à l’extérieur. En effet, le collecteur, et éventuellement le catalyseur, amène les gaz brûlés vers un tuyau d’échappement intermédiaire et enfin le pipe.

D’ailleurs, le collecteur relie la sortie de chaque cylindre au pot d’échappement. Ainsi, une moto a besoin de s’équiper avec de bons collecteurs d’échappement. Effectivement, ce système d’évacuation permet le bon fonctionnement du système d’échappement.

En bref, vous devez équiper votre Harley Davidson avec des collecteurs droits et gauches de ligne, pour garantir un régime stable.

Collecteur d’échappement : à quoi sert-il ?

À priori, le collecteur d’échappement moto permet de modérer les gaz du moteur, sortant chauds et sous pression. Ainsi, cette pièce se place à la sortie de la culasse, permettant ainsi de rassembler les différents cylindres vers une ou double sortie.

D’ailleurs, le collecteur peut vraisemblablement intégrer un catalyseur, qui permet de finaliser la combustion des gaz pour réduire la pollution. Vous pouvez aussi trouver une ou plusieurs sondes lambda, juste après les catalyseurs. Ces dernières permettent de mesurer le taux d’oxygène résiduel dans les gaz d’échappement pour ainsi gérer la carburation.

La valve à échappement de la Harley Davidson

En général, vous trouverez à la fin du collecteur une pièce, nommée valve d’échappement. Cette dernière joue un double rôle. Effectivement, la valve fermée permet une contrepression appropriée aux bas régimes et faibles charges. Ainsi, elle limite les pertes par court-circuitage des soupapes d’admission et d’échappement.

Toutefois, la valve du collecteur peut basculer de la position fermée à la position ouverte pour libérer le moteur. Ainsi, l’évacuation des gaz se trouve au-delà du niveau sonore du test d’homologation et du contrôle technique.

Performance mécanique du moteur à travers le collecteur

Premièrement, l’efficacité du pot d’échappement dépend du raccord des tubes et du collecteur. Dans ce cas, le silencieux ne permet que la réduction du bruit, les vibrations et la standardisation de la sonorité du moteur. Ainsi, ce dernier permet de limiter les nuisances sonores des échappements.

Ainsi, un monocylindre peut devenir plus performant en bourrant la chambre de combustion de mélange air/essence.

D’ailleurs, les gaz comprimés fuient à l’ouverture des soupapes d’échappement. Ainsi, cette dynamique crée une onde de pression dans le pot catalytique.

Par ailleurs, la réduction du diamètre des pots d’échappement avec une valve permet d’inverser l’onde pour qu’elle retourne vers le cylindre. Ainsi, l’onde de pression se transforme en une onde de dépression permettant ainsi de vider le pot de détente plus efficacement en aspirant les gaz brûlés.

Typologie du collecteur d’échappement

Tout d’abord, le fonctionnement du moteur, autre qu’un monocylindre, le collecteur inox permet de regrouper les différents tuyaux (en général un par cylindre) vers le silencieux d’échappement. Ainsi, cette pièce peut avoir différentes configurations.

D’ailleurs, un bicylindre peut s’équiper en collecteur un « 1 en 1 » ou un « 2 en 1 ». En effet, le collecteur 2 en 1 veille à l’optimisation de la vitesse de sortie d’échappement. Ainsi, le rendement moteur s’améliore pour profiter des effets de pression/contre-pression.

Par ailleurs, le multicylindre comme le moteur quatre cylindre doit s’équiper en collecteur 4 en 1. Ainsi, vos deux roues se distinguent par un gain de poids. De même, les motards peuvent donner un look nouveau à leurs motos. Enfin, la sonorité devient plus linéaire.

En bref, le collecteur est l’une des pièces détachées adaptables permettant aux systèmes d’échappement de limiter les émissions polluantes. En effet, tous les modèles de collecteur contiennent un filtre à particules.

Finalement, le collecteur généralement se construit en acier inoxydable pour rester résistant à la haute température des gaz et à la corrosion (rouille).